Le blog sportif parisien

Course gratuite de la nuit blanche: la Grande Traversée

À l’occasion de la nuit blanche annuelle, la ville de Paris a voulu innover en proposant une course spéciale en 2019, gratuite et adaptée à tout le monde : La Grande Traversée. J’y ai participé avec des amis, voici ce que nous en avons pensé.

Jardin du siège de l'UNESCO
Jardin du siège de l’UNESCO

Objectifs de la course

Cette course de la Grande Traversée s’inscrit dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques qui auront lieu à Paris en 2024. D’autres événements de ce genre se présenteront tout au long des prochaines années dans le but d’initier et de faire découvrir le Sport au plus grand nombre de personnes possible.

L’un des autres objectifs de cette course est de mélanger le sport et la culture au travers d’une activité qui vous fera visiter les plus beaux théâtres, musées et monuments parisiens. Quelque soit le parcours choisi, vous allez traverser une multitude de lieux culturels emblématiques de la ville de Paris qui vous émerveilleront sûrement autant que nous.

Les différents parcours proposés

L’événement a eu lieu le 5 octobre 2019 de 22h00 à 02h00 du matin. Mais avant d’y participer il fallait s’y inscrire et sélectionner un des parcours proposés:

Les différents parcours de la Grande Traverséé
Les différents parcours de la Grande Traversée

Face au succès des inscriptions, et peut-être aussi à cause d’un petit problème d’organisation, les parcours ont été revus afin que chaque personne puisse avoir le temps de visiter les lieux prévus (donc moins de lieux prévus par parcours). Mine de rien, les 10km à parcourir vous occuperont plusieurs heures. Vous comprendrez pourquoi dans le chapitre suivant.

Ce n’est pas une course où l’objectif est de faire une performance. Non, il s’agit plutôt d’une sortie à faire entre amis, en famille, même non coureurs (on peut marcher tout du long), de niveaux différents, sur le même trajet.

L’organisation

La récupération du dossard pouvait se faire sur place, le soir de la course, ou dans un lieu prévu à cet effet dans Paris quelques auparavant. Un bracelet de la couleur de notre course nous a été remis sur la ligne de départ. Ce bracelet nous a permis d’entrer dans les différents monuments associés à notre parcours. Nous sommes passés devant les monuments prévus pour les autres parcours, mais sans pouvoir y entrer. C’est tout à fait normal, ils étaient réservés aux autres coureurs.

Une des consignes de cette course était de courir sans équipement sur soi. Le but était de ne pas faire perdre trop de temps lors des contrôles d’entrée dans les musées. Nous n’avions donc le droit à rien (hormis nos téléphones), pas même un petit sac à dos. Cependant nous avions la possibilité de déposer nos affaires dans les consignes prévues à cet effet dans le village de départ de la course (Concorde pour nous). L’inconvénient est de devoir revenir à ce point de départ pour récupérer vos affaires. Ce n’est donc adapté qu’aux personnes pouvant terminer ces 10km. Sinon, vous serez obligés de prendre les transports en commun pour vous y rendre si jamais vous décidez d’abandonner la course avant la fin.

On a rarement l'occasion de se promener en short dans ce genre de lieu
On a rarement l’occasion de se promener en short dans ce genre de lieu

Afin de se diriger le plus facilement possible à travers les rue parisiennes, une ligne a été tracée sur les trottoirs le long de chaque parcours. A chaque intersection de rue ou de feu de signalisation pour piétons des bénévoles (merci à eux pour leur dévouement) étaient postés afin de nous guider. Il était impossible de se perdre! A noter que cette course se déroulait uniquement sur les trottoirs et non sur les routes comme on peut en avoir l’habitude. A chacun d’être vigilent.

L’entrée de chaque site était contrôlée par d’autres bénévoles afin de s’assurer que seuls les coureurs autorisés, c’est-à-dire ceux munis du bracelet de la bonne couleur, pouvaient entrer. Evidemment ce contrôle prend du temps, ce qui casse un peu le rythme de la course, mais est inévitable. La sécurité avant tout.

Entrée du siège de l'UNESCO réservée aux coureurs
Entrée du siège de l’UNESCO réservée aux coureurs

Dans les musées, il y avait une règle: marcher. Il était interdit de courir. Vous commencez à comprendre pourquoi la course de 10km peut prendre plusieurs heures à être terminée. Et je dirais « Tant mieux ». Nous étions présents avant tout pour découvrir des lieux que nous n’avons pas toujours l’occasion de visiter (Siège de l’UNESCO, théâtre des Champs-Elysées, petit/grand palais, etc.). Il aurait été dommage de ne pas en profiter, surtout gratuitement. Et gratuitement, ce n’est pas cher!

Étonnement, et à la surprise générale, la météo était douce ce soir-là. Alors que nous avions tous nos équipements « hiver », nous avons tous eu chaud durant la course. Qui dit chaud, dit déshydratation plus rapide, et qui dit déshydratation rapide, dit soif. Et sur ce point, l’organisation a eu un raté malheureusement. Il y avait plusieurs ravitaillements en nourriture sur le parcours (pommes, bananes) mais UN SEUL en eau. Sachant qu’il était interdit de porter quoique ce soit sur nous, la soif était grande lors de notre arrivée sur le point Eau. Malheureusement l’eau était proposée en trop petite quantité et nous n’en avons donc presque pas bu… Mais il y a pire que ça! L’eau était fournie dans des petites bouteilles en plastique. A notre arrivée, vers 23h00, des montagnes de bouteilles s’accumulaient derrière les bénévoles. Un méchant carton rouge pour cette façon de faire! Il y a des manières plus écologiques de fournir de l’eau aux coureurs tels que de grands éviers munis de multiples robinets connectés à l’eau de ville. Je l’ai déjà vu sur d’autres courses parisiennes, alors pourquoi cette course censée mettre en avant la ville de Paris n’y a pas pensé? C’est vraiment dommage, mais on peut espérer que ce problème sera réglé dès la prochaine édition.

Entre amis, c'est toujours plus sympa
Entre amis, c’est toujours plus sympa

Conclusion

Nous avons adoré participer à cette course. L’organisation était bonne, en dehors du sujet des ravitaillements en eau, les bénévoles nombreux et les lieux à visiter tous plus intéressants les uns que les autres. Sans hésiter, nous y participerons à nouveau l’année prochaine si la ville de Paris décide de continuer sur cette voie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.